PARADOXAL

PARADOXAL se veut avant tout un laboratoire de création, comme il en existe pour d’autres formes d’expressions tels que les arts plastiques ou le théâtre, fonctionnant à l’intérieur d’un collectif d’auteurs. Production, accompagnement créatif et recherche esthétique composent les axes de ce collectif d’auteurs réalisateurs.

Si nous établissons un court bilan de l’évolution technologique de ces dernières années, nous constatons que l’accès facilité aux moyens de production cinématographique n’a pas créé l’émulation que l’on aurait pu en attendre. Le mythe d’une liberté retrouvée grâce aux caméras numériques s’est finalement dissous dans un conformisme et une absence généralisée de véritable inspiration donnant des œuvres au mieux techniquement correctes, au pire dépourvues du moindre désir ou avançant le manque de moyens pour justifier un échec artistique.

Au lieu de se prêter au jeu de l’exploration esthétique, beaucoup de films « autoproduits », par exemple, se sont révélés particulièrement frileux, subissant a priori l’héritage écrasant de l’institution cinéma ou ne sachant que faire de cette liberté soudainement acquise.

Etre indépendant, c’est poser une exigence, tout d’abord vis-à-vis de soi-même, l’exigence d’une implication esthétique à travers une prise de risques et, en premier lieu, le risque d’être écouté. Pour cela, il est impératif de s’éloigner de l’objet clos et académique afin d’atteindre une valeur non établie.

La démarche indépendante doit alors se faire démarche expérimentale, pas forcément dans le sens de ce que l’on nomme habituellement « cinéma expérimental », mais dans celui d’une exploration rigoureuse du réel. Qu’elle soit intuitive ou mûrement réfléchie, cette exploration doit naître d’un rapport étroit avec la machine cinématographique, ainsi que d’une nécessité profonde de fondre le médium et le monde en un questionnement véritable, tourné vers le spectateur.

Dans cette optique, il est nécessaire de se libérer de toute forme de consensus, technique ou culturel, pour tendre vers une forme de résistance esthétique, ne cherchant d’autre légitimité que celle d’une approche décomplexée du cinéma.

Paradoxal souhaite valoriser ce type de démarches singulières, porté par des films dont l’enjeu n’est ni celui d’une séduction bon marché, ni celui d’aboutir à un objet clos et irréductible.

Nous pensons que le court-métrage, de par son économie permissive, doit être le lieu nécessairement privilégié d’un cinéma vraiment indépendant, un laboratoire de recherches parfaitement cohérentes où se joue un rapport non faussé à ce qui nous entoure et à la manière de la percevoir.

Publicités
Cet article, publié dans PARADOXAL, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s